(par Geoffrey Masse)

Si vous n’avez pas compris le titre, il est temps de mettre à jour votre cyber-culture. LOL, MDR, PTDR, ROFL, des assemblages de lettres qui résument un concept sous-estimé : la place du rire dans le monde 2.0.

« Ouais mais attends, là je sens que tu pars dans une analyse philosophico-sociologique mais ça veut dire quoi mème ? »

Un mème (prononcez « mime »), est, pour résumer grossièrement, un phénomène internet humoristique dont chaque contribution d’internaute enrichit l’œuvre globale. Contrairement au buzz, qui se contente d’aller dans un sens unique (une vidéo est par exemple massivement diffusée), il y a dans le mème une réelle notion de « création commune » d’un objet culturel.

Ce concept défini depuis les années 70 est plus largement « une hypothèse selon laquelle les cultures évolueraient comme les êtres vivants, par variations et sélection naturelle », m’enfin ceci est une autre histoire, wikipédia est là si vous souhaitez creuser la notion.

Il s’agit le plus souvent d’images, animées ou non, et de vidéos, massivement postées et visionnées sur YouTube. Le truc, c’est que le monde de la pub commence à bien comprendre le bénéfice que peut lui apporter ce phénomène en terme de visibilité et surtout en capital sympathie.

Voici donc 3 mèmes récupérés par la publicité :

1) Keyboard Cat

Cette vidéo totalise à l’heure où je vous écris plus de 14 millions de vues. La force virale de cette vidéo, plus que dans sa simple mise en scène, réside dans l’expression du chat. L’idée était de poster une vidéo d’un fail (vidéo gag – chute pour les anglophobes) accompagné de la phrase « Play him off, keyboard cat ! » suivi de la vidéo de keyboard cat, couronnant ainsi le gag, en y apportant, en quelque sorte, la cerise sur le gâteau. Il existe plus de cents versions sur YouTube, en version chien, espagnole, remixée, humaine… Plusieurs sites web sont consacrés à leur recensement, retenons celui-ci.

Viens alors Wonderful Pistachios, célèbre marque de cacahuètes, qui se met à tourner sa version.

2) Double rainbow

Un monsieur qui s’extasie devant un double arc-en-ciel et qui passe par une débauche d’émotions totalement hallucinante, si bien qu’il dépasse notre keyboard cat, avec 27 millions de vues ! L’expression « WHAT DOES IT MEAN ? » devient alors un classique pour toute parodie. Retenons principalement le Double Rainbow song et le double rambo. Et paf, réaction publicitaire, le mec en question se retrouve enrôlé par Windows, rien que ça, avec cette pub pour le Live Photo Gallery.

et windows live essentials

D’autres pubs sont réalisées par la suite, en voici quelques-unes répertoriées par le blog Ad Times.

3) Chocolate Rain

Ce mec nommé Tay Zonday explose finalement nos deux premiers amis avec 65 millions de vues à son actif pour cette chanson, grâce à sa voix de baryton caractéristique, et surtout à son mouvement si spécial de « move away from the mic to breathe in ». Devenu une véritable star parodiée à de nombreuses reprises, il a entre autres gagné un YouTube Awards, a été parodié dans un épisode de South Park (rien que ça), a été invité sur des tas de plateaux TV, radios, et a signé un contrat avec… Dr Pepper !

Afin de promouvoir leur nouvelle boisson goût chocolat-cerise, la plus ancienne des marques de soda américain a fait appel a cette star youtubienne, et ils n’ont pas eu tort, puisque le clip a fait un joli p’tit tour, totalisant 11 millions de vues, et apporte un sacré capital sympathie à la marque.

Il existe une infinité de mèmes, aussi inspirés les uns que les autres, la motivation à pousser le concept jusqu’au bout étant décuplée par l’objectif premier : faire rire. En récupérant ce principe, la pub a vu juste.

Pour approfondir :

Un site ricain qui retrace l’origine de nombreux mèmes, un article plutôt bien foutu, le demotivational poster – l’un des mèmes les plus aboutis (plusieurs milliers de déclinaisons) analysé par l’excellent abstrait-concret.com, les lolcats dans la publicité – par le publigeekaire.