(par Simon Lamasa)

Je pense qu’il n’y a plus besoin de présenter Joe la Pompe (d’autant plus que c’est tout de même pas facile de présenter quelqu’un dont l’identité est inconnue).
Mais pour ceux qui, au cas où, ne seraient pas au courant, « Joe » est un blogueur français (oui madame) qui chasse les cousinages/copycats/jumellages/téléscopages/coïncidences publicitaires. Lui même créatif en agence le jour, il endosse sa cagoule et chevauche sa souris la nuit pour épingler ses semblables peu scrupuleux.

Résultat : son blog est la première archive mondiale de publicités jumelles ! Avec tout le boulot que ça représente, le pauvre ne doit pas dormir beaucoup depuis sa création en 1999.
Du coup je me suis dit que quitte à ne pas dormir, il pourrait au moins répondre à mes questions !

Ce qu’il a fait avec gentillesse…



« TaMèreLaPub : Tu es surement conscient qu’aujourd’hui tu es un outil, un facteur indispensable à prendre en compte dans le processus de création. Nous en tout cas on nous brandit ton nom comme une menace, tu es notre pire cauchemar !
Qu’est ce que tu penses de l’influence que toi et ta démarche avez eu sur le monde de la création publicitaire?

Joe la Pompe : Je n’ai pas démarré cette aventure en pensant que je puisse avoir une quelconque influence sur le cours des choses. Au départ c’était juste une grosse déconnade, qui s’est petit à petit « institutionnalisée ». Je ne me suis pas tout de suite rendu compte que j’avais crée quelque chose de singulier et qui répondait à un manque. Je ne suis pas sûr ceci-dit que mon influence soit si grande quand on voit le nombre de plagiats et autres télescopages qui finissent chaque semaine sur mon site. J’ai cru un moment que je pourrais contribuer à endiguer le phénomène, mais il n’en est rien. Ceci-dit si je fais « peur » aux créatifs c’est une forme de fierté, même si je préfère leur être utile au final. S’ils ont peur de finir sur mon site c’est une bonne chose : ça veut dire qu’ils prennent leur métier à cœur et qu’ils ont envie de faire du travail original. Ce n’est pas le cas de tout le monde dans ce métier je le regrette.

TMLP : Je sais que tu es plus branché « ce qui a été fait » que « ce qui sera fait » mais à ton avis : qu’est ce qu’il faut pour être un bon créatif aujourd’hui (et par aujourd’hui je pense surtout demain, le temps qu’on finisse nos études) ?

JLP : La même chose qu’hier ! Sauf qu’hier c’était plus facile. Tout était à inventer. Aujourd’hui tout est à ré-inventer. C’est un challenge intéressant mais plus ardu je crois. Sinon il faut toujours être curieux, ouvert, audacieux, travailleur, cultivé, obstiné, savoir se distinguer, opportuniste, sur le qui-vive, connecté à l’air du temps et en même temps parfois aller à contre courant, sentir le vent, malin, parfois crétin, souvent drôle… tellement de choses en fait.

TMLP : J’ai entendu dire qu’il y a quelques temps, quelqu’un aurait proposé la somme de 2000 € à CB News pour connaître ton identité.
Et sinon tu dors bien la nuit?

JLP : C’est pas tellement en fait, je suis limite déçu. De toute façon depuis plus de 10 ans je ne me suis jamais vendu. Je dors assez bien. Au début de ma démarche, des gens ont eu des mots malheureux et des paroles regrettables. J’ai reçu des menaces… mais avec le temps je crois que ma démarche est comprise et admise. Je reçois beaucoup plus d’encouragements et de félicitations que de seaux de vomi.


TMLP : Plus sérieusement, où se situe la frontière entre plagiat, inspiration et simple coïncidence? Comment fais tu le tri?

JLP : Où se situe la frontière exacte ? Très difficile à dire… ils s’emmêlent souvent et se confondent. Mais ce qui est sur c’est que je sélectionne pas mal avant de mettre sur le site. Je fais un vrai tri sélectif. Il faut que les idées soient les mêmes et leur traduction créative la plus identique possible. Je suis d’ailleurs assez intransigeant et je refuse de publier beaucoup de choses que l’on m’envoie car je ne les estime pas assez frappantes. Je veux mettre en scène de vrai Clashs visuels. Il faut qu’il y ait un « woaw effect » quand on voit deux pubs côte à côte. Qu’on puisse se dire à chaque fois « mais c’est pas possible ! »

TMLP : Bon, assez parlé de toi ! Est ce que tu as déjà entendu parler de nous ?

JLP : Sache que « Joe » sait tout, voit tout et entend tout ;) Donc, oui je connais St Luc même si j’avoue, je n’y ai encore jamais mis les pieds. J’aime bien votre blog, il y a un bon esprit ! C’est super d’avoir un blog d’école, je regrette que ça n’existait pas de mon temps. Pour vous donner une idée, internet c’était le minitel. Le jour où notre école s’est dotée d’un modem 28.8 c’était la révolution… et ça n’intéressait personne…

TMLP : Du coup tu penses venir nous faire un coucou aux portes ouvertes du 1er mai ? (ça vaut le déplacement fais moi confiance!)
JLP : Faut voir… »




Voilà maintenant que j’ai fait un peu de pub à la section sur le dos de Joe, je vais lui rendre la pareille :

Mon tout premier livre sur la pub était le sien *étoiles dans les yeux*, il trône fièrement dans ma bibliothèque et je vous conseille fortement de vous le procurer vous aussi, c’est plus qu’un « must-have » !


(Disponible sur Amazon , à la FNAC, à la librairie ARTAZART Design Bookstore (Paris) et chez COLETTE (Paris) Éditions Télémaque, co-édité par CB News et préfacé par le très regretté Christian Blachas à qui on pense fort…)

Joe, encore un énorme merci pour ta gentillesse, pour ton temps et pour tout l’intérêt que tu as porté à nos échanges !


(par Simon Lamasa, http://www.ouaistucomprendsmoijesuisdansla.com/ )

Suivez moi sur Twitter
Encerclez moi sur Google+
Filez moi des stages sur LinkedIn