J’avoue avoir été réticente jusqu’ici à acheter un bouquin érotique féminin, mais comme plusieurs femmes ont apprécié ce succès planétaire, je me suis persuadée de m’y plonger et de comprendre son succès.

JC Lattès a eu de l’intuition. L’éditeur français du best-seller « Cinquante nuances de Grey » a déposé une marque commercialement fabuleuse. Et commence à sévir face à la prolifération de livres inspirés du roman sado-soft de la Britannique E.L James. Vendu à 40 millions d’exemplaires dans le monde, Cinquante nuances de Grey s’est écoulé jusqu’ici à près de 245 000 exemplaires en France, depuis la sortie du premier tome le 17 octobre 2012

80% des clients de la littérature érotique seraient des femmes! Voilà un chiffre qui déroute. Cette réalité a été boostée dernièrement par le phénomène des « Mommy Porn » . Pourtant cette tendance ne semble pas surprendre.

Ce livre qui se veut sadomasochiste n’a pas le même lectorat. C’est plutôt une cible post-Twilight et Harry Potter. On dit « Mommy Porn » et c’est effectivement le côté « Desperate House Wife » porno soft en bouquin ».