(Par Agnès Balquet)

A tous les 2ème et 3ème pubiens qui sont en stage et qui à chaque retour du client se voient dire PLUS GROS LE LOGO (s’il vous plait), mais aussi à tous les autres voici un projet artistique dont de nombreuses marques devraient tirer des conclusions…

Andrew Miller, Brand Strategist américain, souhaite soulever avec son projet Brand Spirit un certain nombre de questions.
Pendant 100 jours, Miller va peindre des objets de marques différentes en blanc, les réduisant ainsi à leurs formes les plus pures.

Au dela du logo une marque est-elle encore reconnaissable après l’avoir dépouillée de ses couleurs, de ses traits ? La forme d’un produit suffit-elle à le reconnaître ? Face un visuel totalement blanc comment réagiront les gens ? Verront-ils le produit différemment ?

Des marques telles que Scotch ou Kleenex qui ont une bonne notoriété sur leurs produits ou un design spécifique sont aujourd’hui facilement reconnaissables. Mais d’autres le sont beaucoup moins comme par exemple Trojan, l’emballage d’un préservatif est et reste celui d’un préservatif quel que soit la marque : Manix, Durex ou encore Hansaplast. Je ne pense pas que la forme d’un produit puisse suffire à la reconnaissance d’une marque,  seule une publicité accentuée, une identité graphique  ou un packaging original inscrivent une marque dans la mémoire du consommateur.

Pour suivre l’aventure au jour le jour